Agence de Développement de l'Economie et de l'Environnement de la Province de Hainaut
AIR BELGIUM, La nouvelle compagnie aérienne

AIR BELGIUMCe printemps 2018 est historique pour l’aviation belge avec les premiers vols commerciaux d’une toute nouvelle compagnie aérienne: Air Belgium. Une nouvelle venue qui a choisi Charleroi comme base et qui, dans un premier temps, aura comme destination Hong Kong avant de s’étendre vers d’autres destinations asiatiques.

Interview de Niky TERZAKIS, CEO Air Belgium

Air Belgium a décidé de s’implanter à BSCA. Pourquoi avoir choisi l’aéroport de Charleroi?


Air Belgium a décidé de s’implanter à BSCA.De nombreux facteurs ont joué un rôle déterminant dans la sélection de Brussels South Charleroi Airport. Tout d’abord, cet aéroport va renforcer sa
présence internationale et profondément se métamorphoser. Il va devenir un hub important en accueillant des vols long courrier, en étant connecté à
de nombreuses villes majeures et en adaptant son infrastructure, y compris pour le transit de masse. Je reviendrai d’ailleurs plus longuement sur les
adaptations nécessaires par la suite. Un autre facteur important est l’accessibilité de Brussels South Charleroi Airport; en vous rendant là-bas, vous ne connaissez pas les bouchons que vous pouvez retrouver à Zaventem. Or, qui a envie d’être coincé dans les embouteillages avant de prendre un vol?
En plus de cette contribution au désengorgement de Bruxelles, je tiens à ajouter que Charleroi ne connaît pas de problème de congestion de créneaux horaires disponibles ou de vols de nuit, par exemple, ce qui peut être fatiguant, surtout lorsqu’on voyage avec une certaine exigence en matière de qualité et de confort. Enfin, Brussels South Charleroi Airport est classé parmi les meilleurs aéroports au monde en ce qui concerne la ponctualité, sans oublier le traitement rapide et efficace des bagages avant et après chaque vol. Une raison de plus parmi d’autres de préférer Charleroi.

Contrairement à la majorité des compagnies actuellement présentes à Charleroi, Air Belgium aura des passagers « Business ». Quelle sera la part (estimée) de cette catégorie de clientèle et des aménagements particuliers à BSCA sont-ils prévus?


Air Belgium aura des passagers "Business".Nous débuterons nos vols directs vers Hong Kong, puis la Chine continentale, avec des Airbus A340-300. Ceux-ci ont une capacité de 303 places dont 21
sièges seront réservés aux passagers Premium et 18 aux voyageurs d’affaires.

Pour satisfaire cette clientèle Premium et Business, un nouveau terminal fera son apparition à l’actuel terminal Sud (Executive Aviation Terminal) pour satisfaire
leurs besoins. Ils pourront y bénéficier d’un parking dédié avant de s’enregistrer, passer la douane et embarquer dans l’avion en 20 minutes. Pour ceux qui souhaitent travailler ou se relaxer avant leur vol, un business lounge leur offrira tout le confort nécessaire. Les travaux débuteront en mai et dureront un an. Des solutions temporaires seront également mises en place pour garantir le confort des passagers dès les premiers vols.

Lorsque l’activité aura trouvé son rythme de croisière, quel sera le volume d’emploi d’Air Belgium? Et de quelle flotte disposera la compagnie?


Nous employons actuellement 70 personnes, principalement depuis le siège de notre compagnie à Mont-Saint-Guibert. Ce nombre montera à 300 personnes,
plus tard, cette année, lorsque nous desservirons les 7 destinations prévues dans nos plans (Hong Kong dans 1 mois avec 4 vols par semaine, puis 6 dans un second temps + des villes majeures et de taille moyenne en Chine continentale avant l’été). Et ce, sans compter les 300 emplois indirects à l’aéroport même et via les partenaires et fournisseurs. Pour ce faire, nous disposerons d’une flotte de 4 Airbus A340-300. Cette flotte évoluera naturellement avec le temps.

Air Belgium se tourne prioritairement vers le marché asiatique. Pourquoi ce choix?


Premièrement, Air Belgium est né d’une envie d’actionnaires belges et asiatiques. C’est donc en toute logique que nous débuterons nos activités sur
nos 2 continents.
Ensuite, l’Asie représente un marché important grâce à ses 35 millions de passagers par an. Il fallait que nous puissions nous différencier au départ
pour garantir notre succès. Car, à nouveau, les vols directs sont peu nombreux vers les villes chinoises – aujourd’hui, il faut, la plupart du temps, transiter par Paris, Francfort ou Schiphol et subir des temps de parcours très longs. Or, c’est un véritable poids pour les passagers (surtout les entreprises plus exigeantes en matière de qualité) et il est temps de conserver en Belgique ces passagers ainsi que les activités économiques qu’ils génèrent.

Face au low cost, quel sera le modèle économique d’Air Belgium?


Air Belgium proposera des prix compétitifs, tout en offrant un service de qualité et en toute simplicité! Notre personnel de cabine parlera plusieurs langues comme le français, le néerlandais, l’anglais et le mandarin. Autre élément, les compagnies dites low cost ne proposent, par exemple, pas de classe Premium ou Business, or c’est ce que nous ferons pour assurer le confort que ces passagers demandent. Comme vous le voyez, nous ne sommes pas dans un modèle classique et serons ravis de bousculer le marché!
Enfin, n’oublions pas que le cargo fait partie intégrante de notre stratégie de développement.

A l’heure où Brussels Airlines est de plus en plus intégrée au sein de Lufthansa, une compagnie aérienne peut-elle encore se développer seule?


Une compagnie aérienne peut tout à fait se développer sans grand groupe, mais il est certain que nous allons développer des partenariats pour assurer
notre succès. L’objectif sera de leur mettre à disposition des capacités de sièges ainsi que des services.
Ce qui fera aussi le succès de notre développement, c’est notre volonté de débuter dans un marché de niche en proposant des destinations encore très peu desservies aujourd’hui.
www.airbelgium.com

Aurélien LAURENT

Lire hors ligne: