Rappelez-vous le 30 juillet 2004. Une fuite de gaz naturel causée par un engin de chantier sur le zoning de Ghislenghien, suivie d’une étincelle et c’est la catastrophe au bilan tragique. Les services de secours déplorent le décès de 24 personnes et dénombrent 132 blessés.

De nombreux acteurs, formés aux interventions d’urgence en province du Hainaut, se retrouvent en première ligne: policiers, pompiers, secouristes, ambulanciers, psychologues… assurent la gestion de crise sur le terrain.

Depuis lors, la réforme fédérale de la sécurité civile a été entreprise et de nombreux projets ont été lancés par les pouvoirs locaux/autorités. Le dernier en date «ALARM» réunit 26 partenaires français, wallons et flamands. L’objectif est de partager l’analyse des risques existants (on compte 25 entreprises SEVESO en Hainaut), apprendre à collaborer au quotidien pour mieux réagir en situation d’urgence et promouvoir une culture citoyenne de la sécurité civile.

Mais la sécurité a des répercussions dans les entreprises: tout bon manager aura envisagé les cas d’explosions mais également des avaries concernant ses procédés de fabrication,
la disponibilité de membres de son personnel, les problèmes techniques et surtout, les attaques et pertes informatiques. L’objectif est d’anticiper la crise et protéger l’entreprise de tout préjudice économique en préparant un Plan de continuité d’activité dont il est question dans le dossier central.
Que toutes ces initiatives vous inspirent pour l’analyse et la gestion de vos risques.

Table des matières