Agence de Développement de l'Economie et de l'Environnement de la Province de Hainaut
Création d’emplois générés par le secteur de l’économie verte en Hainaut

Publié dans Actualités, Nos articles, Statistiques socio-économiques

Il n’existe, malheureusement, pas beaucoup de données statistiques relatives à l’économie verte. Se référer aux seuls codes NACE disponibles est trop restrictif. En effet, l’aspect “énergie verte” apparaît dans beaucoup d’autres activités.
Eurostat fournit néanmoins quelques données chiffrées relatives à la Belgique. Les données régionales ne sont pas disponibles.

Secteur des biens et services environnementaux

Nous avons établi un classement par l’indicateur suivant: “Valeur ajoutée brute / Equivalent temps plein (euros)”

classement par l’indicateur suivant: "Valeur ajoutée brute / Equivalent temps plein

Dual Citizen consulting, société new-yorkaise a mis au point le “Global Green Economy Index (GGEI)” qui mesure les performances de 130 pays en matière d’économie verte. Cet index est établi avec l’aide de gouvernements, organisations internationales et partenaires privés qui sont tous des partenaires stratégiques.

“L’index global de l’économie verte” est défini par 20 indicateurs, chacun classé dans 4 grandes catégories.

Leadership & changement climatique

Dans le cadre de l’enquête du GGEI, il a été demandé aux experts travaillant à l’échelon international sur des questions liées au changement climatique d’indiquer les pays:

  • dont les chefs d’Etat (politiques) ont fait preuve du leadership le plus cohérent en matière de changement climatique;
  • ayant l’image la plus positive dans les médias internationaux pour ce qui est du niveau d’efforts qu’ils déploient à lutter contre le changement climatique et à promouvoir la croissance verte;
  • ayant fait preuve de la plus grande maîtrise du sujet lors de la récente Conférence de Bonn sur les changements climatiques (COP23);
  • ayant été les plus efficaces pour réduire leurs émissions, conformément aux engagements pris lors de la Conférence de Paris sur le climat de 2015.

Secteurs de l’efficacité énergétique

Dans le cadre de l’enquête du GGEI, il a été demandé aux experts travaillant à l’échelon international sur le développement durable d’indiquer les pays:

– ayant le mieux intégré les pratiques de construction durable (par exemple, certification LEED, méthode BREEAM, certification Green Star) à leurs secteurs nationaux du bâtiment et de la construction;
– ayant la plus grande part d’énergies renouvelables dans leur bouquet énergétique global. Energies renouvelables = énergie solaire, énergie éolienne, énergie issue de la biomasse, petite hydraulique, biocarburants, géothermie, énergie marine;
– étant les plus engagés à promouvoir le tourisme durable sur leur territoire;
– ayant le mieux réussi à promouvoir des transports non polluants sur leur territoire de façon à réduire notablement les émissions de carbone de ce secteur;
– ayant le mieux réussi à favoriser l’efficacité d’utilisation des ressources en limitant la production de déchets et en promouvant le recyclage.

Marchés & investissements

Dans le cadre de l’enquête de perception du GGEI, il a été demandé aux professionnels de l’investissement vert et de la responsabilité sociale des entreprises travaillant à l’échelon international d’indiquer:

– les pays les plus attrayants pour investir dans les énergies renouvelables;
– les marchés nationaux offrant l’environnement le plus propice à l’innovation en matière de produits et de services écologiques;
– les pays où les entreprises locales ont montré l’engagement le plus fort à intégrer la durabilité à leurs pratiques;
– les pays qui s’étaient les plus engagés à promouvoir et à faciliter les investissements verts sur leur territoire.

Environnement

Global Green Economy Index (GGEI) - 2018Dans le cadre de l’enquête de perception du GGEI, il a été demandé aux professionnels de l’environnement travaillant à l’échelon international de choisir les pays ayant le mieux réussi à:

– promouvoir des pratiques agricoles durables sur leur territoire,
– préserver la qualité de l’air pour leur population,
– traiter les eaux usées afin d’éviter la pollution des cours d’eau, des lacs et des océans,
– minimiser les risques résultant d’un défaut d’assainissement et d’une eau potable insalubre,
– préserver la biodiversité et l’habitat sur leur territoire,
– gérer et préserver des pêches au sein de leur zone économique exclusive,
– limiter la déforestation.

Richard REMISZ