Agence de Développement de l'Economie et de l'Environnement de la Province de Hainaut

Voici une brève présentation de ces acteurs, ainsi qu’un aperçu (non exhaustif) des actions de terrain (en cours et futures) menées par ces opérateurs:

1. Mars-Mons arts de la scène

https://surmars.be/greenmars

Mars est un opérateur culturel d’arts vivants qui gère 6 salles de spectacles à Mons. 70 personnes y travaillent quotidiennement. Cet acteur porte les actions suivantes en matière d’alimentation durable:

  • Le “Festival Demain”, un projet né dans le sciage du film “Demain” et co-construit à ses débuts par Mars, les Centres culturels de Mons-Borinage. Y sont présentés des spectacles dans lesquels les artistes sensibilisent entre autres à l’urgence climatique.
  • La “Cantine de Mars” située au Théâtre le Manège, accueille du public tous les midis de la semaine et les soirs de spectacle. Cette cantine souhaite développer son approvisionnement en produits locaux, de saison et bio.
  • La “Green Team”, un groupe de réflexion initié par le personnel, soutenu par la direction, dont le but est d’inscrire Mars dans une démarche de transition écologique et sociale.
2. Antopolis

www.antopolis.be

Antopolis a la volonté depuis sa création en avril dernier de réimpliquer le citoyen dans sa ville ou plus largement, sur son territoire. Cela passe évidemment par différents aspects de la relation citoyen-ville:

  • sentiment d’appartenance;
  • cohésion sociale;
  • participation aux activités de la ville;
  • participation à la vie culturelle;
  • consommation locale (commerces de proximités et producteurs locaux);
  • interaction avec la ville adaptée à nos quotidiens;
  • canaux de communication adaptés.

Antopolis souhaite redynamiser le territoire en aidant et accompagnant le citoyen à consommer local. Cette initiative souhaite rejoindre ce projet en apportant:

  • la dimension digitale dans la relation et l’inclusion du citoyen dans cette nouvelle manière de fonctionner;
  • l’aspect communication et canal de communication qui sera grandement nécessaire à l’éducation à cette nouvelle consommation;
  • l’aspect de la ville comme “relais d’informations de ses producteurs/commerces locaux vers le citoyen”.

Dans cette démarche, Antopolis souhaite initier une réflexion sur “Pourquoi le citoyen ne consomme pas local/pourquoi déserte-t-il ses centres-villes”?

3. Confédération des Syndicats Chrétiens - CSC Mons-La Louvière

lacsc.be/csc-mons-la-louviere

En matière de développement de l’alimentation durable, la CSC Mons-La Louvière souhaite lancer des actions visant à:

  • Développer le circuit court et l’accès aux producteurs locaux dans les entreprises sur le territoire du Hainaut
  • Développer l’économie circulaire entre les entreprises et les producteurs locaux du territoire du Hainaut en lien avec le projet circuit court (L’offre non utilisée par les entreprises et les producteurs pourrait être proposée aux citoyens dans le cadre d’une économie sociale: ressourcerie, repair café association, citoyens,…)

Ces actions en lien avec le développement durable contribueront à la revalorisation des producteurs locaux, au redéploiement économique et à la création d’emploi (réinsertion professionnelle); à la revalorisation des surplus et déchets alimentaires; à la mise en place d’un label éthique des entreprises participantes qui véhiculent le bien-être de leurs employés et la solidarité avec les producteurs locaux. Une période de promotion doit être effectuée dans les entreprises du territoire. Ce projet pourrait être lancé début 2021 avec les nouveaux délégués CPPT suite aux élections sociales de novembre 2020.

4. Centre d’Information et d’Education Populaire - CIEP Hainaut Centre

ciep-hainautcentre.be

Les actions suivantes sont menées actuellement par le CIEP Hainaut Centre:

  • Formation en remobilisation socioprofessionnelle autour d’un jardin biologique à Haine-Saint-Paul
  • Formation en jardinage biologique à Haine-Saint-Paul: initiative citoyenne organisée tous les samedis matins de mars à octobre
  • Mise en œuvre d’une plateforme associative dans le cadre de la crise COVID pour apporter une aide d’urgence en colis alimentaire: une réflexion et un travail de recommandations en lien avec l’accessibilité aux aliments de base est menée dans ce sens.

De plus, le CIEP Hainaut Centre souhaite co-construire un projet sur la thématique de l’accès à l’alimentation durable, comme droit fondamental, qui devient de plus en plus prégnante pour une part de la population, afin de réduire les inégalités sociales.  L’action proposée vise l’implication des populations fragilisées à l’élaboration et à la construction d’un plan d’autosuffisance alimentaire sur le territoire de Mons et La Louvière, en proposant une offre complémentaire et innovante aux chaînons existants. Citoyens, acteurs associatifs, opérateurs de formation, producteurs locaux, les universités collaboreront pour une approche inclusive et intégrée du projet (création d’expérimentations pilotes dans des lieux décentralisés pour permettre aux populations fragilisées d’être acteurs de leur consommation alimentaire (construction d’un pôle de production solidaire via la méthodologie de l’éducation permanente).

5. Centre Public d’Action Sociale - CPAS de Mons

www.cpas.mons.be

Plusieurs actions de sensibilisation à l’alimentation durable sont menées par les services du CPAS:

  • Le service Egalité des Chances a renouvelé l’engagement de la ville auprès de VIASANO dont l’objectif est de promouvoir l’alimentation saine et l’activité physique. Cela se décline sous plusieurs formes (Conférences, actions de communication via les réseaux sociaux, la diffusion de campagnes au sein des associations et structures (dont les crèches) pour promouvoir “le mieux manger”, réalisation et animation de l’exposition de l’Observatoire de la Santé du Hainaut “Plat net Market” autour de l’alimentation, la tenue de stands de prévention lors d’événements (feux de la Saint-Jean, camps de vacances, relais pour la vie, festival western,…)
  • Le Service Insertion Sociale (SIS) propose quant à lui un atelier culinaire visant l’éducation à l’alimentation. L’objectif de l’atelier (tous les 15 jours) est d’apprendre à cuisiner à coûts réduits des produits relativement sains. Ces actions visent l’amélioration du bien-être et de la qualité de la vie ainsi que l’autonomie de la personne.

Complémentairement à ces initiatives pérennes, le CPAS de Mons met en place une régie agricole communale dont les objectifs opérationnels sont actuellement étudiés. Un début d’activités est prévu en 2021. De plus, le CPAS de Mons souhaite mettre en œuvre un projet de jardin qui permettrait à terme de cuisiner des produits sains et écologiques.

Le CPAS de Mons, le Relais social urbain de Mons-Borinage et la Ville de Mons ont initié, en 2014, le projet SOREAL – une plateforme qui récupère les produits invendus dans les magasins et les redistribue dans les différentes associations de Mons-Borinage. Ce projet vise donc à agir dans la lutte contre la grande précarité, encourager la diminution des denrées gaspillées dans les grandes surfaces locales, et favoriser l’insertion socio-professionnelle par la mise au travail d’agents en art. 60. Le programme bénéficie à plus de 1 800 personnes, soit 3 fois plus de personnes qu’à ses débuts.

Enfin, le CPAS de MONS est un CISP – Centre d’Insertion Socioprofessionnelle (CISP) qui assure la formation de stagiaires éloignés de l’emploi, et qui dispense une préformation dans le domaine du “Bio-maraîchage et entretien d’Espaces verts” sur un site, à Ghlin. Ce projet Naturacadémie se veut être une micro-ferme pédagogique et agroécologique. Les objectifs sont la formation et l’insertion professionnelle des stagiaires à travers des métiers d’avenir favorisant le respect environnemental, l’agriculture biologique, le développement durable ainsi que le développement d’une économie verte. Le but est de construire les agents agricoles de demain en leur donnant les outils et moyens de faire face aux difficultés agricoles et commerciales actuelles.

6. La Ville de Mons

www.mons.be

Au travers de leur Plan Stratégique transversal, la Ville de Mons, entend:

  • Soutenir toutes initiatives internes ou externes favorisant les circuits courts
  • Créer une régie agricole
  • Créer des espaces mutualisés pour accueillir des initiatives de transition écologique (conserverie, miellerie,…)
  • Compléter l’action de réduction des déchets dans les écoles
  • Développer des nouvelles initiatives de compost collectif
  • Promouvoir la création de nouveaux jardins partagés
  • Installer des robinets à eau potable dans les services communaux et les écoles et dans les espaces publics pour favoriser l’utilisation de gourdes

Dans le cadre de ses engagements dans le Green Deal Cantines Durables, la ville souhaite:

  • Revoir le cahier de charge des repas scolaires de façon à accentuer les clauses éthiques, sociales et environnementales et à favoriser une alimentation saine, bio, de saison, intégrant des produits issus du commerce équitable, sensibiliser sur l’alimentation végétarienne…
  • Privilégier les repas complets de la cantine et l’usage de la Gourde
  • Organiser des composts et de potagers dans les écoles

En ce qui concerne le PCDN – Plan Communal de Développement de la Nature, les actions visées sont les suivantes:

  • Sensibiliser aux activités potagères/au maraîchage
  • Valoriser les jardins partagés
  • Plantation de verger dans plusieurs écoles communales et plantation d’un verger conservatoire
  • Création d’un jardin naturel (dont permaculture à aromatique)
  • Aménagement d’un verger communautaire

A travers son Engagement dans la Charte Achats publics responsables:

  • Favoriser le zéro déchet et les produits/matériaux issus de l’économie circulaire et respectueux de la santé et de l’environnement
  • Favoriser les produits, services et matériaux issus de l’agriculture biologique, du commerce équitable et des circuits-courts (Mise en œuvre du Green Deal : insertion de clauses et critères ESE dans le marché « repas scolaires » en s’inspirant du modèle proposé par Good Food, se fournir préférentiellement en boissons (café, thé, vins, bières, jus,) issues de l’agriculture biologique, du commerce équitable et des circuits courts,…)
  • Soutenir l’emploi local, favoriser l’insertion socio-professionnelle et lutter contre le dumping social

Enfin, la Ville de Mons est “Commune du commerce équitable” (organisation d’événements de sensibilisation); elle organise des ateliers plantations permaculture, biodiversité et méthodes de cultures naturelles et assure la promotion des agriculteurs locaux via une publication “Comptoirs fermiers”.

7. La Ville de La Louvière

www.lalouviere.be

Depuis plusieurs années, la Ville de La Louvière a mené diverses actions de sensibilisation à une alimentation durable et au développement des circuits courts.

Ainsi, déjà depuis 2002, l’Entreprise de Formation par le Travail (EFT), Ferme Delsamme située à Strépy-Bracquegnies est active dans la culture bio. L’EFT dispose également d’un point de vente sur son lieu d’exploitation à Strépy-Bracquegnies. Elle commercialise des paniers de fruits, légumes bio et petite épicerie. Son rôle sur le territoire dans le projet de relocalisation de l’alimentation en Wallonie est important car elle peut partager son expertise dans le domaine du maraîchage biologique mais aussi apporter ses forces vives formées et prêtes à travailler en tant qu’ouvriers agricoles.

Depuis 2012, le Service Environnement a créé une exposition sur l’alimentation durable, distribue le guide “éco-citoyen” de la Région wallonne sur l’alimentation durable sur ses stands, organise des ateliers de cuisine zéro déchet qui encouragent une alimentation locale sans déchet. De plus, des ateliers « conserve » et « lactofermentation » seront organisés en 2020.

Le Service du Développement Économique de la Ville a édité une brochure reprenant les producteurs agricoles de La Louvière qui pratiquent la vente directe.

Fin 2015, le Conseil Communal a voté une motion pour les agriculteurs. L’objectif est de promouvoir nos agriculteurs locaux, la sensibilisation à l’alimentation durable dans les écoles, le développement d’espaces de vente consacrés aux circuits courts tant dans les grandes surfaces que sur nos marchés.

Depuis 2014, la Ville de La Louvière soutient les initiatives de potagers et composts communautaires en mettant à disposition du matériel ainsi que des formations. Elle organise également chaque année des formations au compostage et au jardin « au naturel ». La demande en formation de mise en route d’un potager ou de permaculture est grandissante.

La Ville de La Louvière a également créé ses propres labels « Commerçant Zéro Déchet » et « Commerçant Zéro Déchet: spécial HoReCa ». Ces labels encouragent la diminution du gaspillage alimentaire et la réduction des déchets en général et valorisent les initiatives locales.

Parallèlement, en 2014, la Ville de La Louvière a obtenu un subside de la Région wallonne pour la réalisation d’une étude ayant pour objectifs le maraîchage et la promotion des circuits courts.

Les résultats de cette étude ont démontré la nécessité de créer une dynamique territoriale locale par le développement d’une filière maraîchère de production, de transformation (hall de 1re transformation et de distribution (hall de vente) sans oublier de développer l’aspect formation déjà existant sur notre territoire au travers de l’EFT Ferme Delsamme.

Le schéma idéal qui ressort de cette étude est le suivant:

  • Au niveau de la production:
    • Concertation avec les pouvoirs publics pour permettre l’extension des surfaces exploitées actuellement.
    • Exploitation de recettes du terroir afin de labelliser certains produits transformés.
    • Un hall de première découpe pourrait s’avérer intéressant si et seulement si le secteur public local devenait client. En effet, le secteur HoReCa ne semble pas intéressé dans la mesure où chaque restaurateur préfère découper lui-même les ingrédients. Cependant, cette initiative pourrait être intéressante si le projet trouvait une autre formulation: la préparation de « kit » comprenant tous les ingrédients nécessaires à la préparation d’un repas. Ce « kit » étant accompagné de recettes.
  • Au niveau de la formation continuée et de l’emploi:
    • Création d’un centre de ressources associant différents acteurs en charge d’une veille en matière des dispositions réglementaires et d’échanges d’expériences avec d’autres initiatives.
  • Au niveau de la distribution et de la commercialisation:
    • Idéalement, la création d’une halle en centre-ville semble rencontrer l’enthousiasme des producteurs. La Ville de La Louvière dispose d’une patrimoine foncier intéressant et dans lequel un endroit adéquat pourrait être trouvé. Ce projet serait novateur dans la mesure où environ 15 stands y trouveraient place avec, pour certains, un tour de rôle hebdomadaire pour les différents producteurs intéressés par l’initiative.
    • Une plate-forme électronique d’e-commerce devrait être mise en place afin de favoriser les commandes et leur traitement.

C’est dans cette direction que la Ville de La Louvière cherche à orienter ses projets et a donc cherché l’obtention de subsides.

A court terme, la Ville de La Louvière s’est d’ailleurs fixée au travers de son Plan Stratégique Transversal les 2018-2023, les objectifs suivants:

  • promouvoir les circuits-courts/les produits locaux/l’agriculture durable/vente à la ferme;
  • favoriser la création de potagers collectifs et composts collectifs;
  • réaliser une étude de faisabilité relative à la mise en place d’un projet de ceinture alimentaire.

A plus long terme, la Ville de La Louvière ambitionne à l’horizon 2050 de préserver les terres fertiles au profit d’une alimentation locale 100 % bio. Pour ce faire, la Ville envisage de contacter les opérateurs impliqués dans la possession et l’exploitation des sols fertiles et compte mobiliser les aides européennes à la transition agricole.

L’actuel appel à projets constitue une opportunité de concrétisation de cette ambition.

8. La Ville de Soignies et son ADL

http://soigniesentransition.overblog.com

Depuis de nombreuses années, la Ville de Soignies notamment par le biais de son Agence de développement local porte de nombreuses actions en matière de développement de l’alimentation durable.

Dans le cadre de son renouvellement d’agrément pour la période 2020-2026, le plan d’actions reprend 3 priorités majeures, la troisième étant: « Soutenir la diversification du secteur primaire en valorisant la production locale »

Cette priorité prévoit de développer des actions permettant aux agriculteurs et producteurs de diversifier leurs activités d’ici 2025; et de créer un hall relais agricole d’ici 2026 ou d’œuvrer à la mise à disposition de terres pour le lancement de nouvelles activités maraîchères ou d’élevage: celui-ci porte principalement sur la réhabilitation de la « motte Manant », compensation liée au projet d’extension du site des Carrières du Hainaut. La Ville va prochainement devenir propriétaire d’une partie de ce site. C’est dans ce cadre que le projet pourrait voir le jour.

A travers son Plan Stratégique transversal, la Ville de Soignies entend mener les actions spécifiques suivantes:

  • Développer la « Halle aux saveurs », en assurer son attractivité et sa promotion
    “La Halle des Saveurs” est un marché mensuel des producteurs locaux, initié en 2014, en collaboration avec « Soignies en Transition ». L’objectif étant de rapprocher les clients des producteurs, mieux faire connaître ces derniers et aboutir, à terme, à la création d’un véritable « comptoir de produits locaux ».
  • Soutenir le développement des circuits courts, notamment par la création d’un label ou d’une appellation « Produits du terroir sonégien »
  • Développer des outils permettant aux citoyens de trouver facilement les producteurs locaux situés près de chez eux (fléchage, brochure, site Internet de la Ville, etc.)
  • Tenter au maximum d’intégrer des clauses spécifiques dans les marchés publics de la Ville et du CPAS pour donner la priorité aux agriculteurs et producteurs locaux et former ces derniers aux procédures de marchés publics.
9. Soignies en Transition

http://soigniesentransition.overblog.com/

Soignies en Transition est un projet citoyen qui s’adresse à tous et qui vise à favoriser une dynamique de proximité locale et de liens en réponses aux défis climatiques, économiques et sociaux à venir.

Les actions de terrain menées par Soignies en Transition depuis 2012 sont les suivantes:

  • actions de sensibilisation par rapport à l’alimentation saine, locale, durable;
  • potagers collectifs;
  • rencontres de jardiniers, bourses aux plantes;
  • bacs Incroyables Comestibles;
  • initiation du marché des producteurs locaux mensuel (la Halle aux saveurs);
  • organisation d’une “Semaine de l’Assiette Locale” avec promotion des producteurs locaux, sensibilisation des restaurateurs/traiteurs/cuisines de collectivités/distributeurs aux produits locaux,…

projet de mise en place d’une conserverie artisanale (un outil mutualisé permettant la mise en conserve à l’échelle artisanale de productions agricoles (fruits, légumes, produits à base de viande,…), Une étude de marché (enquêtes auprès des producteurs et consommateurs) sera lancée prochainement.

10. La Ville de Seneffe

www.seneffe.be

La ville de Seneffe souhaite œuvrer à la “Valorisation des produits locaux et promotion de la santé des citoyens”. Plusieurs actions sont envisagées dans ce sens:

  • création d’un produit gastronomique qui serait l’emblème de Seneffe composé de produits locaux (un concours ouvert à tous les habitants de l’entité serait organisé et des actions de promotion auprès des restaurants locaux et des citoyens seront mises en place);
  • organiser des ateliers culinaires afin de sensibiliser la population sur les bienfaits de la consommation de produits locaux et de saison. (Prouver qu’il est possible de cuisiner à petit prix ces produits souvent réputés “trop chers”);
  • organiser un marché des saisons (4x/an) incluant des démonstrations par un cuisinier professionnel (Associer le marché traditionnel à un événement festif et culturel);
  • organisation du concours “La louche d’or”: concours de la meilleure recette de soupe (en collaboration avec le PCS – Plan de Cohésion Sociale);
  • mise en place du “Ticket social” (afin de garantir aux personnes précarisées un accès à l’alimentation durable (méthodologie à définir);
  • des conférences sur la thématique de la relocalisation de l’alimentation seront organisées à destination du grand public.

Partenaires éventuels des actions initiées par la Ville de Seneffe:

Commune, CPAS, PCS, Association des Commerçants et Artisans de Seneffe, FJA Seneffe, Ruche qui dit oui, Groupement d’Achat Commun Seneffe, Seneffe en Transition, Observatoire de la Santé du Hainaut, CLP de Charleroi-Thuin.

11. Province de Hainaut - CARAH asbl

www.carah.be

Le CARAH est l’asbl des services agricoles de la Province de Hainaut. Son activité est étroitement liée à l’institution provinciale hainuyère CREPA (Centre pour la Recherche, l’Economie et la Promotion Agricole) dont elle est l’interface commerciale et porteuse de projets. Ensemble, ils offrent à tous les hainuyers un large éventail de prestations et de services:

  • Service d’Economie rurale: accompagnement technico-économique des agriculteurs
  • Service d’Expérimentations agronomiques: recherches appliquées en phytotechnie (céréales, betterave sucrière, pomme de terre, chicorée, maïs, colza,…) en production classique et en production bio
  • Service de Pédologie: analyses des sols (+ nombreuses autres analyses via la régie provinciale Hainaut Analyses)
  • Service de certification des productions primaires agricoles végétales et animales et d’inspection de la production du lait (OCI)
  • Service Ferme Expérimentale et Pédagogique avec notamment une fromagerie-école
  • Service Formations dans le secteur vert
  • Service d’Agronomie Internationale
  • Service Forêt-nature-Environnement

Ils ont aussi un rôle d’aide aux activités d’enseignement dans le domaine agronomique déployées par la Province de Hainaut dans ses différentes institutions de formation, en particulier la Haute Ecole Provinciale du Hainaut Condorcet, dont l’asbl CARAH constitue le centre de recherches agronomiques associé.

Relativement au projet

Une fiche projet innovation déposée par le CREPA-CARAH dans le cadre du PSO de la Province de Hainaut ADhésioN 3.0. appelée Ceinture Verte Urbaine (fiche HDT/CREPA/24) vise à créer un Observatoire de l’évolution des exploitations agricoles et horticoles hainuyères en zone périurbaine. La zone Coeur de Hainaut en est une des 5 zones géographiques sélectionnées. Cet observatoire est un outil à finalité à court, moyen et long terme. A court terme, il caractérise les exploitations agricoles et évalue leur santé économique. L’outil permet également de faire une évaluation précise du potentiel productif des zones périurbaines. Mais pas seulement, il permet aussi de caractériser les pratiques culturales, le type de produit,…

Basé sur son expérience en économie rurale, le CREPA-CARAH se positionne en partenaire de terrain privilégié pour ce type de démarche, le contact personnel étant déjà installé avec les agriculteurs depuis plusieurs décennies de suivi technico-économique et de formation. A moyen terme, l’Observatoire se positionne comme un outil permettant d’évaluer les structures de soutien nécessaire aux producteurs pour une relocalisation de l’alimentation sur le plan de la gestion économique, de l’expertise technique et de la formation. A moyen et plus long terme, l’Observatoire permet de pouvoir suivre l’évolution de la transition alimentaire des zones agricoles et horticoles périurbaines en accompagnant les producteurs dans une nécessaire modification de leurs démarches de production et de relation avec les consommateurs.

Par cette activité, le CREPA-CARAH s’inscrit clairement dans l’Objectif Stratégique n° 3 “Générer de la prospérité socio-économique” et principalement sur les leviers v. et w. du référentiel “Vers un système alimentaire durable en Wallonie ». Il peut donc amener dans le projet Cœur du Hainaut, d’utiles informations sur le potentiel du territoire mais aussi sur les besoins à pouvoir rencontrer rapidement sur base de données économiques et de souhaits collectés au sein même des exploitations via son réseau d’agronomes extérieurs.

12. HELHa - Centre de recherche agronomique et Biotechnologies

www.helha.be

En tant que Centre de recherche lié à la formation de Bachelier en Agronomie, orientation Agro-industries et Biotechnologies, la HELHa – la Haute Ecole Louvain en Hainaut souhaite participer au projet via des recherches menées dans le domaine de la conservation des aliments.

La HELHa travaille sur une méthode de conservation des aliments saisonniers et délicats tels que la laitue, les carottes, les choux, qui ne sont actuellement conservables que quelques jours au frigo. Le but de notre recherche est donc de pouvoir conserver pendant plusieurs semaines, voire mois, ce type d’aliments en préservant une charge microbienne faible tout en gardant un maximum de propriétés organoleptiques des aliments conservés. Cette procédure qui serait réalisable facilement pour un maraîcher pourrait ensuite être transférée aux acteurs de terrain pour la conservation de leurs produits frais.

13. Multitel

www.multitel.be

Le Centre de recherche Multitel a été créé, en 1995, à l’initiative de la Faculté Polytechnique de l’Université de Mons (bénéficiant du soutien du Fonds européen de développement régional).

Multitel est ensuite devenu un « Centre de recherche agréé » sous forme d’une association sans but lucratif (asbl), tout en entretenant des liens très étroits avec l’Université de Mons. Dans un contexte de coopération interuniversitaire, une équipe de l’UCL a rejoint le centre en 2000, pour en élargir les compétences au traitement de l’image.

La forme du parrainage que se proposerait de fournir Multitel est d’apporter son expérience dans la gestion d’un flux logistique à finalité urbaine qu’il développe dans le cadre d’un projet du plan Marshall, soutenu par le pôle Logistics in Wallonia, dénommé “Cityline”. L’objectif de ce projet est de fournir une solution télématique collaborative pour la gestion des livraisons urbaine et inter-urbaine. (Description en annexe). L’entreprise coordinatrice de ce projet est le coursier wallon situé à Mons et Namur. Multitel apporterait ainsi son expérience technologique, son réseau de partenaires locaux disposant de services de livraison urbain/interurbain et d’outils télématiques exploitant des standards d’échanges standardisés pour soutenir ces services. Les avantages/apports de Multitel à ce projet peuvent se résumer comme suit:

  • (Sociétal) Elargir les services de livraisons disponibles autour des productions alimentaires locales
  • (Technique) Mise en évidence de technologies développées dans la région & laboratoire vivant pour l’amélioration de nos technologies
  • (Economique) Valorisation par l’intermédiaire de PME/producteurs locaux en leur donnant l’opportunité d’élargir leurs services dans d’autres communes que Mons. Le coursier wallon est en train de construire une coopérative de livraison urbaine (www.coursierwallon.be/)
  • (Partenariat) Faire le lien entre des initiatives de R&D financées par le plan Marshall et des initiatives sociétales comme cet appel afin de développer une chaîne intégrée et coordonnées initiatives